Interview de Jean, passionné de poules

11/09/2017
Interview-jean

A la tête d'un élevage domestique de 9 poules, Jean nous confie avec enthousiasme les aimer depuis toujours... Une interview riche en enseignements et en astuces que Magalli a grand plaisir à vous présenter aujourd'hui.

 

1/ Combien avez-vous de poules ?

J’ai 9 poules à ce jour, mais leur nombre grandit chaque année au gré de mes coups de cœur. Il faut dire que le choix est large parmi les races existantes, de la petite pékin vive et joyeuse à la grande Sussex placide et docile ! S’agissant d’excellentes pondeuses, je ne suis jamais en manque d’œufs à la maison ! Sans être débordé pour autant : on trouve toujours de nouvelles façons de les accommoder...

Une recette à essayer : les œufs mimosas en remplaçant la mayonnaise par une tapenade ou un tartare d’Algue : ils sont devenus les indispensables de l’apéritif à la belle saison ! Les voisins se réjouissent également de trouver régulièrement une boite sur le perron : cela permet de maintenir de bonnes relations de voisinage et de garantir un gardiennage occasionnel lorsque mes voyages m’emmènent durablement loin de la maison et de mes poules.

 

2/ Comment s’appellent-elles ?

Je choisis leurs noms selon leur caractère et leur plumage. Les races très ornementales portent les noms des vieilles chanteuses françaises : Dalida, Barbara, Edith, Mireille… Je trouve que l’excentricité des plumages colle bien avec l’image d’une vieille Diva.

Pour les races plus lourdes et plus rustiques, j’utilise les noms de grand-mère un peu démodés : Josette, Andrée, Babette, Gertrude et Gilberte.

 

3/ Quelles sont vos astuces du moment ?

En ce moment, l’automne arrive après un été très chaud qui n’a pas empêché mes poules de pondre énormément d’œufs. Pour maintenir ces bonnes performances de ponte, je leur distribue chaque jour l’aliment spécial pondeuse Magalli et je les emmène avec moi le week-end dans le potager où elles trouvent de nombreux vers de terre : un bon complément de protéines pour continuer à pondre de bons œufs tous les matins.

Lors des fortes chaleurs du mois d’août, je veille également à leur apporter de l’eau fraîche tous les soirs car la température de l’eau monte vite dans les abreuvoirs exposés au soleil. Elles apprécient et s’abreuvent longuement en fin de journée pour maintenir une bonne hydratation.

 

4/ Quelques mots sur votre expertise et votre passion pour les poules ?

J’ai toujours aimé les poules, et depuis peu leur élevage se démocratise : on trouve plus facilement des poules dans les jardineries, l’offre s’accompagnant de tout le nécessaire d’élevage : aliment, mangeoires, abreuvoirs… Il est aujourd’hui facile d’en élever et de bénéficier ainsi de leurs œufs tous les matins. J’aime cette possibilité de produire au jardin ce que l’on mangera au dîner, le soir même, en toute simplicité.

Un autre avantage considérable : si mes poules me reconnaissent et cherchent ma proximité, elles restent indépendantes et n’ont pas besoin d’être sorties tous les soirs. Elles peuvent rester seules pendant une dizaine de jours, et cet avantage compte beaucoup pour moi puisque ma seconde passion après les poules reste les voyages à travers le monde.

 

5/ Qu’est ce qui vous plaît dans le concept Magalli ?

Le concept Magalli me plaît pour plusieurs raisons. La principale est l’amélioration de l’image de l’élevage de poules. Jusqu’alors, on avait en tête les basses-cours crottées de nos grands-mères où une dizaine de poules peureuses et déplumées glanaient çà et là des déchets de cuisine et pondaient lorsque cela leur chantait ! Magalli démontre qu’au contraire, lorsqu’elles reçoivent le bon aliment au bon moment et que l’on s’intéresse à elles, elles deviennent de véritables animaux de compagnie, sociables, câlines, joueuses et beaucoup plus fines que ce que l’on pourrait croire. Tout en restant d’excellentes pondeuses, réglées comme des horloges !

Parallèlement, le concept Magalli a le mérite d’avoir rendu possible l’élevage de poules à petite échelle : difficile avant lui de se fournir en aliment pondeuse sans passer par les fermes voisines ou les grosses structures pas toujours adaptées à nos petits élevages. On peut aujourd’hui avoir deux poules à la maison même au cœur des villes, et renouer ainsi avec les plaisirs simples de la vie comme la collecte des œufs frais dans les nids encore chauds, le soir en rentrant du travail.

Ce qui me plait également dans le concept Magalli, c’est d’avoir redynamisé des races de poules tombées dans l’oubli. Les races les plus jolies, froufroutantes et colorées ne sont pas toujours les races ayant les meilleurs rendements en production d’œufs, et étaient peu à peu délaissées au profit des quelques races les plus productives. Magalli les a remises au-devant de la scène, et qu’importe si elles pondent un peu moins que les races industrielles : elles sont si belles et si vives !

Enfin, j’aime connaitre l’origine de mes animaux, leur histoire et leur vie avant d’arriver dans mon jardin. Magalli m’offre cette possibilité, je peux ainsi connaitre les détails de leur vie grâce à la bague qu’elles portent à la patte. En passant par le site internet qui leur est dédié, je peux savoir leur date de naissance, l’endroit où elles ont grandi, et les soins que les éleveurs Magalli leur ont apporté. Je sais ainsi que toutes les précautions ont été prises pour faire de mes poules de véritables stars des poulaillers, arrivées ici en pleine forme, au bon moment, protégées des maladies et prêtes pour une belle et longue vie de poule !

Catégorie : Nos ambassadeurs