Agriculture Urbaine : Interview d’A. Devins, co-fondateur de La Sauge

11/05/2017
La-sauge-770

Antoine Devins au milieu et Swen Déral à gauche, co-fondateurs de La Sauge, avec leurs deux collaborateurs.

 

Salut Antoine, pour commencer est-ce que tu peux me présenter rapidement ton association de La Sauge ?

L’association a été créée il y a deux ans et demi et signifie La Société d’Agriculture Urbaine Généreuse. L’idée fondatrice est que nous souhaitons favoriser la pratique d’une activité agricole au plus grand nombre, car c’est un bon moyen d’éveiller les consciences pour la transition écologique que nous devons entamer. Au départ, tout a débuté avec notre envie de se mettre à jardiner avec Swen, mon associé. On avait un potager dans les Yvelines où l'on emmenait régulièrement nos potes, puis on s’est vite rendu compte du capital sympathie du jardinage, qui est une activité très conviviale avec un lien fort entre l’alimentation et l’environnement. Ça se manifeste aujourd’hui via l’association par des ateliers de jardinage pour tous allant de la graine à l’assiette.

Est-ce que tu peux nous décrire rapidement pour toi ce que représente l’agriculture urbaine ?

Il n’y a pas de définition simple, mais pour moi toute personne qui fera pousser une plante alimentaire en ville fait de l’agriculture urbaine (jardin, balcon, jardin partagé, professionnel). L’Agriculture urbaine a un véritable intérêt lorsqu’elle est participative et récréative. Son rôle est de recréer un lien entre la ville et la campagne à travers une pratique régulière d’une activité de jardinage. Elle ne nourrira jamais les villes car on a besoin de nos campagnes pour cela, mais aujourd’hui nous avons perdu la connexion entre ces deux milieux et l’Agriculture urbaine vient tenter de recréer ce lien si important entre ruralité et urbanité.

Peux-tu me parler du projet de Ferme Urbaine sur lequel vous travaillez en ce moment ?

La Prairie du Canal est un projet qui représente deux ans de travail, avec l’objectif de créer un lieu où l’on puisse découvrir et pratiquer régulièrement l’Agriculture Urbaine. Ce sera une ferme récréative, un espace qui combine agriculture et diversité. On pourra par exemple y trouver : un poulailler en partenariat avec toi Magalli, un jardin en botte de paille de 300m², un espace de potager urbain avec un petit module R&D pour exposer les différentes techniques d’agriculture urbaine qui existent aujourd’hui, une houblonnière en partenariat avec un brasseur local, une forêt, un espace de détente, une prairie fleurie avec des ruches mais aussi un bar, une scène, un restaurant et des espaces détente... car ce sera aussi un espace de divertissement !

Projet de ferme urbaine

L’idée est de monter tout le projet de manière participative et que le projet continue à vivre de manière participative. Les bénévoles aident à monter, cultiver, récolter... Il y aura des ateliers tous les week-ends avec le thème principal « De la graine à l’assiette » (fabrication, entretien, récolte, cuisine...).

Pourquoi avoir choisi Magalli pour ce projet, et quels sont vos attentes envers vos partenaires ?

Pour mener à bien notre projet, nous cherchons à avoir des partenaires qui sont professionnels dans chaque domaine, car il nous parait indispensable d’être accompagnés par des personnes pouvant nous apporter leurs connaissances sur l’entretien et l’animation d’espaces tout au long de l’existence de notre projet. C’est donc tout naturellement que nous nous sommes tournés vers Magalli, qui est une véritable experte de la basse-cour !

Comment est-ce que tu imagines le futur de La Sauge d’ici quelques années ?

L’évolution idéale pour notre association est de pouvoir monter plusieurs fermes comme le prototype sur lequel on travaille actuellement, et ce partout en France pour pouvoir à terme créer des véritables clubs de jardinage qui véhiculeront les valeurs de notre association.

Pour toi, quelle serait l’évolution rêvée de l’agriculture urbaine ?

Les différents modes d’Agriculture urbaine ont tous leurs utilités et mon souhait serait qu’ils arrivent un jour à tous trouver leur place au sein des villes, avec des modèles économiques viables et durables. Aussi, mon souhait est que grâce à cette Agriculture urbaine variée et pluridisciplinaire, on arrive à revégétaliser nos villes et à recréer ce lien entre le monde rural et le monde urbain qui est aujourd’hui complètement perdu.

 

© La SAUGE

Catégorie : Nos ambassadeurs